Je vous fiche mon billet

Bonjour à toutes et à tous,


Jeune adjoint j'avais eu à subir une attaque en règle de la part des conseillers municipaux qui me reprochaient mon manque de communication sur les dossiers dont j'avais la charge. Ils me l'avaient clairement exprimé en empêchant la mise en place de la police municipale de nuit qui avait pourtant été votée le conseil précédent. Cet épisode fera d'ailleurs l'objet d'un prochain billet consacré à la police municipale pour qui j'ai une tendresse particulière car je sais combien leurs missions sont difficiles...

Je dois donc reconnaitre aujourd'hui qu'ils avaient raison. Emporté par ma fougue et la charge de travail que m'avait donnée Madame le Maire j'avais estimé à tort que c'était à eux de venir chercher l'info et non l'inverse. On s'aperçoit aujourd'hui à mi mandat que leur combat est loin d'être un fleuve tranquille. On a l'habitude de dire que le seul vrai pouvoir d'un conseiller municipal ne peut s'exprimer que lors du vote du budget. A Megève même cela leur est contesté. Je rappellerai que lors du vote du dernier budget, pourtant voté à bulletin secret sur demande de plus d'un tiers des participants, Madame le Maire avait exigé en plein vote que chaque personne qui voterait contre vienne personnellement lui rendre des comptes. Monarchie ou République bananière ?
Vous pouvez toujours me dire :"Et les commissions?".Le Général de Gaulle avait l'habitude de dire : « pour enterrer un problème: créons une commission ! » J'ai animé quelques commissions dont la plus importante était la commission voirie. Il était décourageant alors que, depuis plusieurs heures,nous tentions tous ensemble de faire avancer les dossiers en cours de voir arriver Madame le Maire qui, en quelques phrases lapidaires, effaçait d'un trait de plume tout le travail fourni.
A ce jour rien n'a changé. Il suffisait pour s'en rendre compte d'assister au dernier conseil municipal.
Questions sans réponses, agacement visible de notre premier magistrat, cynisme total quand on explique aux conseillers que l'on travaille sans eux dans la plus parfaite opacité mais que l'on est, le cœur sur la main, désolé de les avoirs oubliés.
Le silence et la chape de plomb sont donc la seule règle applicable. L'offensive marketing de la SEM des remontées mécaniques? On ne tient pas à en parler. Les travaux du spa des sports au palais? ça avance... On achète du foncier, pour quelle destination? Contentez vous d'un sourire. On change une délibération passée sur un terrain appartenant à un propriétaire foncier. Vous voulez savoir pourquoi ? La réponse est dans le blog de l'opposition : Megève à découvert dans le dernier article publié sur le conseil municipal.
Plus que jamais Megève est dirigé depuis le bureau du premier étage de la Mairie et l'on sent une tension palpable au sein du conseil.
Si dans quelques années je reviens travailler à la Mairie mon premier souci sera d'inverser cette tendance et d'administrer cette commune de manière collective car chaque individualité est un bien précieux et l'on ne sera pas trop de 27 pour mener à bien cette tâche immense qu'est la gestion de Megève. Je ne suis pas en campagne mais si je l'étais cela serait mon premier engagement.
Bonnes fêtes à vous tous,

Amicalement,

Denis Worms.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Roger BARDELAYE (mardi, 28 décembre 2010 19:35)

    Monsieur,

    Comme vous le savez, j'étais conseiller municipal de 1995 à 2001, non pas dans l'opposition mais dans la complémentarité, colistier de mon ami Alain GREVY, alors Conseiller Général. Je me permettais des interventions car c'était mon rôle, eu égard aux 30 % d'électeurs qui avaient sciemment voulu nous porter à la tête de la commune. Nonobstant, Gérard MORAND, un maire extraordinaire pour MEGEVE, a toujours entretenu avec moi de courtoises relations car je lui portais énormément de respect.

    Aujourd'hui, l'assemblée municipale, composée de néophytes, loin du "sens politique politicien", peut prêter à sourire, parfois... Cela m'attriste car en réalité, on y trouve de "fortes têtes" dont on se demande bien comment elles ont été recrutées et polluent l'assistance.

    L'heure du dîner se précise, je vous écrirai la suite ultérieurement.

    Respectueuses salutations.

    Roger BARDELAYE.

  • #2

    Jité (vendredi, 31 décembre 2010 19:46)

    M. Bardelaye,

    Votre commentaire m'inspire 2 observations : primo : les "néophytes" le sont un peu moins depuis 3 ans qu'ils côtoient les affaires municipales. Je vous concède en revanche qu'ils semblent peu informés des dossiers comme en témoignent leurs interventions régulières en conseil municipal. J'y vois là un problème organisationnel politique.
    Secundo : je rend hommage ici aux "fortes têtes" qui, en conseil municipal, ont la bonne idée de s'interroger, de critiquer et même parfois de s'opposer. Cela s'appelle la démocratie et relève d'une saine "complémentarité" à la culture de la pensée unique qui prévaut à Megève.
    Bien à vous,

  • #3

    Very (samedi, 01 janvier 2011 18:21)

    Mr Worms , merci pour vos voeux que les votres s'accomplissent.................
    Roger ,je suis etonnée de te voir sur tous les blogs sauf le tien..... (dernier et unique post, mois de septembre)
    J'aimerai bien te lire en vrai!

Omniprésence ou omnipotence ?

Bonjour à toutes et à tous,

Un nouveau petit billet d'humeur sur la vie mégevane...

Comme vous le savez j'assiste à tous les conseils municipaux bien au chaud au sein d'un public toujours plus nombreux et qui tente de suivre ainsi la vie municipale au plus près. Pour avoir été des 2 côtés de la majestueuse table je peux ainsi mesurer le décalage entre la réalité du conseil et la vision décalée qui s'offre à nous. Un conseil municipal se doit d'être une chambre d'écho d'un travail et d'une réflexion bien menée. Là non. On modifie les dates,on rajoute des délibérations au dernier moment et on a souvent l'impression que les conseillers découvrent l'ordre du jour.

J'ai été marqué par la tête que faisaient certains conseillers très au fait du dossier abattoir, apprenant par la bouche de madame le maire qu'en cas de refus de la prise en charge de la compétence par le Syndicat mixte du Pays du Mont Blanc, il existait un « plan B » élaboré par... M.Burille, adjoint aux Sports et à l'Urbanisme !

Certaines délibérations peuvent également prêter à sourire. J'avais en son temps acheté un 4x4 d'occasion pour les services techniques. Ce véhicule correspondait au cahier des charges et avait été budgété pour 30000 euros. Acheté pour 12000 euros il vient d'être revendu pour 14000 euros au motif qu'il était trop gros pour passer dans les chemins. Les chauffeurs de grumiers doivent bien rigoler... Plus sérieusement le transfert de compétence de l'abattoir pose clairement le doigt sur la raison d'être des EPIC dans la commune. Comme vous le savez sans doute la volonté municipale est de mettre fin à leur existence et de rapatrier tout ce petit monde au sein de la commune. La raison d'être d'un EPIC est d'avoir une certaine autonomie pour ne pas dire une autonomie certaine. Cela suppose donc que les relations entre les EPIC et la commune soient parfaitement codifiées. Ce n'est pas le cas à Megève. Dans un sens comme dans l'autre. Omniprésence de Madame le Maire présidente de tous ces établissements, travaux effectués par la commune sans bons de commandes et sans contreparties, d'où la difficulté de faire un budget planifié. Si l'on rajoute les ordres et les contre ordres, comme la gestion du remplacement des compteurs d'eaux par exemple, on peut effectivement se poser la question de leur maintien comme entités autonomes.

Un retour au bercail peut donc apparaitre comme LA bonne solution encore aurait il fallu mener une étude sérieuse sur cette situation. Comme dans toute bonne dissertation faite à l'école on faisait thèse,antithèse et...synthèse. Et on choisissait la meilleure solution. Là non Madame le Maire a donc décidé que la meilleure solution était de dissoudre les EPIC et d'intégrer au sein des services communaux la gestion de l'eau, du cimetière, des parkings, de Meg accueil, de l'office..et j'en passe. Est ce la bonne solution ? Peut être mais pas sûr. En tous cas cela ne fera que renforcer son omniprésence sur les dossiers gérés par ces EPIC et donner ainsi un peu moins de transparence sur leur gestion.

Finissons ce petit billet sur les informations de fin de conseil puisque les question diverses... et donc le dialogue n'existent plus. Madame le maire demande au conseiller JP Esteves de faire un point sur la viabilité hivernale. Refus de celui ci. Remis donc à plus tard. Pourtant s'il est un sujet d'actualité auquel les Mégevans sont très sensibles c'est bien celui ci. Mais bon on attendra puisque un nouveau conseil est programmé pour le 20 décembre. Et voila que le lendemain on trouve dans le Dauphiné un article sur... la viabilité hivernale qui reprend l'ensemble des mesures que j'avais mises en place et qui en vante les mérites ! On comprend mieux pourquoi ce conseiller rechignait à en parler au conseil. Allez mes amis à très bientôt pour un nouveau billet !

Amitiés sincères,

 

Denis Worms

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Tous avec Jean-Lou Païani

Un très grand bravo à Jean-Lou Paiani et à sa famille qui ont organisé une belle réception samedi 27 novembre à Combloux et qui m’ont gentiment invité. Je voudrais ici les en remercier et adresser à notre sportif mégevan tous mes encouragements pour la prochaine saison cycliste. Jean-Lou pratique un sport particulièrement exigeant mais hélas peu reconnu à Megève. A mes yeux, il cumule plusieurs qualités humaines qui me sont chères : la volonté, le dépassement de soi, l’humilité et, plus que tout, la simplicité ! Bravo Jean-Lou, nous serons tous avec toi en 2011 !

Écrire commentaire

Commentaires: 0