Politique culturelle : le désert des alpages ?

Lors du dernier conseil municipal, la délibération relative au réaménagement de l’ancien garage Muffat a provoqué quelques remous, tant il est vrai que l’addition reste salée (on devrait avoisiner un coût total de 5 millions d’euros pour seulement réorganiser une partie des services communaux ne l’oublions pas). Parmi les observations formulées, on a pu entendre Loïdé Frei regretter que pareil effort ne soit pas consenti pour la sauvegarde de la ferme « Saint-Amour ». Cette remarque m’incite aujourd’hui à évoquer la politique et l’offre culturelle de Megève.

Je sais que vous êtes nombreux à regretter un certain « âge d’or » où Megève était qualifiée « d’ensoleillée » et non pas « d’ensommeillée », où les plus grands noms des variétés internationales se sont produit, où les artistes en tout genre ont puisé de magnifiques inspirations ; un « Megève » dont la seule évocation était synonyme de foisonnement culturel créatif et festif.

Il y a quelque temps, j’avais reçu le courriel d’une Mégevane, un peu outrée par la réponse que l’adjointe à la culture lui avait formulée au sujet de l’offre culturelle au Palais des Sports. Cette personne demandait s’il était possible de programmer plus régulièrement et tout au long de l’année, des spectacles et des concerts. L’adjointe à la culture lui avait tout bonnement demandé en retour si elle était « mécène ou sponsor » et à se faire rapidement connaître le cas échéant ! Lors du conseil municipal du 11 avril, une adolescente a profité de la ½ heure citoyenne pour exprimer publiquement le désarroi et l’ennui des jeunes mégevans. La réponse de Mme le Maire et de l’adjointe à la jeunesse peuvent être entendues sur le site Internet de la Mairie http://www.megeve.fr/comptes-rendus/3364-conseil-municipal-de-11-avril-2011 et j’invite tous les 18-25 ans (mais aussi leurs parents) à l’écouter pour se faire une idée plus juste de ce qui les attend dans les prochaines années !

Permettez-moi également de citer deux autres exemples qui illustrent à mes yeux la politique culturelle ou événementielle actuellement menée : après deux années de succès croissant, le Megève Art Discovery (MAD) a été contraint de s’expatrier à Saint-Gervais, faute d’interlocuteurs politiques présents et efficaces à Megève. Le « Salon de l’Innovation et de la réalité augmentée » (sic) initié par l’adjoint au Tourisme en 2010 n’est pas reconduit cette année. D’ailleurs, le sera-t-il un jour ?

Et que dire de la situation pour le moins ubuesque du musée de Megève ? Cet équipement désormais fermé au public (jusqu’à quand ?) abrite une fort intéressante collection d’œuvres d’art et d’objets de notre patrimoine historique (dont le « legs Kaddish ») sans qu’il soit possible d’en mesurer ni l’étendue ni la valeur dans la mesure où aucun inventaire précis existe. A ce jour, la commune possède donc un musée, sans conservateur, sans catalogue, sans moyens et surtout sans ambition ! Par contre, les coûts d’entretien sont biens réels eux !

Ces exemples illustrent le déclin culturel dans lequel sombre Megève aujourd’hui, contre lesquels je souhaite proposer une politique volontariste et ambitieuse. Cette politique, je la déclinerai avec celles et ceux qui m’accompagneront, autour de trois axes :

1° proposer une offre culturelle pérenne. Parce que nous pensons avant tout aux résidents permanents qui sont l’âme, la mémoire et le nerf socio-économique de notre commune, nous voulons leur offrir sans distinction d’âge, une offre de loisirs généreuse. Il y aura à Megève des « Nuits des Musées » des « Fêtes des voisins », des « Forum des associations ». Il y aura bien d’autres surprises agréables qui feront de notre commune un lieu où il fait bon vivre et s’épanouir…

2° créer une dynamique culturelle vivante et en mouvement permanent. Parce que nous croyons que le tissu associatif local mérite tous nos efforts, nous voulons lui donner les moyens d’exprimer toute sa richesse à travers une « Maison des associations », une valorisation du bénévolat. En contrepartie, nous créerons avec l’ensemble des partenaires associatifs, une charte pour laquelle la commune mobilisera tous ses moyens afin de proposer des événements sportifs, culturels ou de loisirs qui permettront d’étirer les saisons !

3° refaire de Megève un pôle culturel majeur au Pays du Mont Blanc. Parce que nous croyons en cette opportunité, nous mobiliserons tous les moyens disponibles pour que la ferme « Saint-Amour » soit réhabilitée et devienne un pôle artistique international en partenariat avec les galeristes locaux, avec des événements majeurs, des « Résidences d’artistes », des expositions, etc. Au-delà, nous nous rapprocherons des décideurs régionaux ou nationaux et des investisseurs pour qu’ils soutiennent cette initiative.

La mise en œuvre de cette politique passera bien sûr par la création et la structuration d’un véritable service culturel, inexistant à ce jour à Megève. Le moment venu, je vous en préciserai les détails. D’ici là et plus que jamais, je suis convaincu que chacun d’entre vous peut apporter ses idées, ses projets, ses souhaits, son expérience. Parce que je discute souvent avec les Mégevans, je connais leurs attentes et j’y répondrai. Je m’y engage !

 

Bien à vous,

Denis Worms

Écrire commentaire

Commentaires: 0