Veni, vidi... Vinci !

Bonjour à toutes et à tous,


Lors de mon dernier billet d’actualité je vous avais promis une approche sur le devenir du palais des sports. Ce dossier complexe a besoin d'être affiné et je vous en reparlerai prochainement.


Aussi je vous propose donc de revenir sur le dernier conseil municipal du lundi 7 mars. Sans vouloir donner l'occasion à quelque détracteur de penser que je veux encore et encore régler des comptes avec Madame le Maire il me semble important de vous donner ma vision de la gestion municipale et surtout l'alternative que je pourrais, le cas échéant, proposer aux Mégevans.


Nous étions donc lundi soir quelques uns à attendre patiemment l'ouverture des portes à 19h30. Celle-ci interviendra 20mn plus tard, ne laissant au public que 10 petites minutes pour poser ses questions. En effet, nos élus étaient en réunion privée avec la police municipale et la gendarmerie afin de prendre connaissance de l'évolution de la délinquance cet hiver et de recueillir l’avis des forces de l’ordre quand à la première délibération proposée portant sur l'installation de caméras sur le territoire communal. Cette délibération, Jean Marc Seigneur (adjoint) et moi-même l'avions déjà proposée en tout début de mandat. Madame le Maire, farouche partisane de la liberté individuelle s'y était alors opposée. Nous avions même testé un système d'enregistreur de sons censé rendre un service identique. Des micros analysant les sons et répercutant en temps réel toute élévation anormale. Pour être efficace il fallait avoir un opérateur au bout du fil ce qui aurait été possible avec une police municipale de nuit qui je le rappelle à été votée en début de mandat mais jamais mise en place. Retour à la case départ et une dizaine de caméras qui seront installées pour une première tranche estimée à 300.000 euros.


Rassurez-vous je ne vais pas lister toutes les délibérations. Cela serait fastidieux. Je reviendrai donc juste celles qui donnent matière à réflexion. La deuxième délibération concernait la dissolution de l'EPIC « Meg’accueuil » pour un retour dans le giron communal. Délibération d’autant plus abrupte et lapidaire dans son énoncé que le mois précédent, nos élus s’étaient prononcés sur le montant de la subvention 2011 en faveur de cet EPIC et que nous apprenions l'existence d'un « bas de laine » de plusieurs centaines de milliers d'euros. Cette délibération donnait aussi l'occasion à l'opposition municipale de revenir sur la présentation au dernier conseil municipal, d'un document volontairement tronqué d'une partie de son contenu (voir le blog de l'opposition « Megève à découvert » à ce propos). Après demande d'explications de leur part sur ce sujet, Claude Duvillard, 1er adjoint répondait  que "c'était fait exprès". On a vu des tribunaux administratifs saisis pour moins que ça et des délibérations annulées pour des fautes bien moins avoués…


Donc afin de justifier cette dissolution, Eliane Jiguet, adjointe en charge du dossier nous expliquait sur un ton très professoral qu'il y avait à Meg’accueil des soucis de personnel justifiant la reprise par la commune afin de proposer une meilleure harmonisation pour une meilleure qualité de service! Ouf, ce n'était que ça ! Un instant on a eu peur que cela fut pour d'autres raisons… Au-delà de cette délibération, France Perrin élargissait le débat sur une vraie politique sociale qui semble faire un peu défaut à Megève et dont Meg’accueuil est partie prenante. Même si l’adjointe aux Affaires sociales s’est empressée de recentrer le débat sur des questions beaucoup moins compliquées, que l’élue d’opposition en soit ici remerciée car il s'agit pour moi d'un enjeu important pour notre commune.


Jean Marc Seigneur présentait une convention liant la commune à l'office du tourisme concernant l'événement phare de l'été, à savoir, « LE Jumping ». Aussi apprenait-ton que le coût réel de la manifestation étalée sur 4 ans par contrat sera d'un peu plus de 900.000 euros, ce qui donna le vertige à certains conseillers. Vertige certes louable mais un peu tardif car ils avaient déjà adopté l’organisation de cet événement lors d’un précédent conseil (sans d’ailleurs que personne n’en demande le coût global et réel) et d'autant plus que 80.000 euros d'acompte ont déjà été versés à l'organisateur.


Vint ensuite le débat d'orientation budgétaire qui est un peu le hors d'œuvre avant le vote du budget qui aura lieu le lundi 11 avril. Je vous invite d’ailleurs à venir nombreux assister à ce moment important pour notre commune… En raison de la complexité des montages dus en partie à la réforme des collectivités territoriales voulue par l'état, nous eûmes droit à une avalanche de chiffres et de données fiscales. Pour être un peu rompu à cette gymnastique budgétaire, je sais combien cela peu être fastidieux pour un non initié. Néanmoins il y avait dans cette litanie énoncée par le premier magistrat quelques perles intéressantes dans dans ce « non débat » d’orientation budgétaire. La presse s'en est fait un peu l'écho cette semaine. J'y reviendrai plus longuement le mois prochain après le vote du budget.


Voila pour l'essentiel. Rajoutons que, pressée de questions par Pierre Poujade, Madame le Maire a été littéralement obligée de communiquer sur des possibles pourparlers avec un groupe industriel très connu en vue de déléguer la gestion des parkings communaux ainsi que ceux de la SEM (proposition formulée par mes soins en son temps) mais aussi de l'altiport (on se demande pourquoi) et des parkings aériens(Palais des Sports et horodateurs). Ne souhaitant pas s'étendre ni sur le nom de ce groupe ni sur le sujet, Madame le Maire affirma avec un sourire de Joconde qu'il ne s'agissait pas de pourparlers mais de « pistes de travail ». Nous sommes donc rassurés !


Traditionnellement en fin de conseil les élus statuent sur les questions relatives personnel communal (remboursement de frais, embauches, changements statutaires, etc.). La commune s'est séparée aux services techniques d'un élément de valeur, Monsieur Patrick Philippe. Celui-ci a fait toute sa carrière au sein de la commune de Megève dans différents services. Affecté par l'ancienne municipalité au service des pistes il a rejoint les Services techniques lors de l'incorporation de son équipe dans le service montagne. Sans réelle définition de fonctions,  il est devenu de fait Directeur adjoint des Services techniques sans en avoir ni le titre ni l'indice de carrière. J’ai tenté lorsque j'étais adjoint de le faire recevoir par sa hiérarchie afin de clarifier sa situation. En vain. Patrick Philippe s’est lassé et a postulé au Conseil géneral de Haute-Savoie où il a obtenu un poste. Il a donc quitté la commune qui a perdu un élément de grande valeur. Lundi soir nous avons appris que pour le remplacer (sans officiellement le dire) la commune procédait au recrutement de… 3 personnes !


Dernière minute : en lisant la presse locale de ce weekend, j’ai appris que la commune avait fait l’acquisition d’une mini-benne destinée à collecter les ordures ménagères en centre ville et à désengorger les mazots, notamment en période d’afflux touristique important. Je m’en félicite d’autant plus que j’avais été le premier à préconiser cette solution qui, sur mon initiative, avait été testée avec succès dès l’été 2009…


Je vous laisse le soin de méditer sur cela et j'en terminerai là-dessus pour aujourd'hui.


Amitiés sincères,

Denis Worms

Écrire commentaire

Commentaires: 0