Les bons comptes font les bons amis

Dans mon dernier billet d’actualité, j’avais eu l’occasion de m’interroger sur la stabilité financière de notre commune, au regard des menaces « toxiques » qui pèsent sur notre endettement. Le conseil municipal du lundi 31 octobre restera sans doute dans les mémoires, comme un monument érigé à la gloire de l’aveuglement et de la « course à l’échalote »

Il m’est autorisé de croire que la permanence citoyenne (19h30) a débuté avec un peu de retard et n’en déplaise à l’assemblée qui patientait sous le hall de la mairie, en raison de la remise d’un rapport hautement stratégique sur la politique de communication et l’image de marque de la municipalité. S’intéresser à la communication est déjà révélateur en soi de la part d’une municipalité aux abois. S’y intéresser aux rares moments où les Mégevans peuvent justement communiquer avec leurs élus est encore plus révélateur ! Mais là ne sont pas mes principales sources d’indignation de cette soirée.

Ce qui m’a profondément indigné, ce sont :

  • La complicité à peine voilée entre le Maire et un Mégevan dans la salle qui proposait la mise à disposition d’une parcelle de terrain pour faciliter l’élargissement d’un pont. Tout le monde semblait avoir oublié qu’il y a un minimum de formalisme à respecter avant d’engager des travaux : étude technique, coût… Transformer les permanences citoyennes en soirs de Noël est irresponsable !
  • L’attitude goguenarde et moqueuse des conseillers de Mme le Maire (ils siègent aux tables de gauche en salle du conseil) lors de chaques interventions ou questions de certains conseillers municipaux. Un tel manque de réserve et de retenue est scandaleux !
  • La réponse elliptique des adjoints qui ont renvoyé les difficultés de réception de la TNT vers le CSA. A l’heure où le maire de Saint-Gervais se bat sur tous les fronts médiatiques et avec succès pour résoudre ce problème, répondre à un administré « Ce n’est pas notre responsabilité » est indigne pour toutes les familles privées de télévision !
  • L’imprécision du Maire et de son adjoint en charge de l’Altiport quant au devenir des personnels qui travaillent actuellement sur ce site. Recruter au 1er janvier 2012 un responsable pour cette plate-forme et renvoyer au printemps prochain le devenir de l’actuel directeur est une réelle marque de mépris !
  • L’achat de gré à gré d’un terrain aux Veriaz où l’on apprend lors de la délibération que sa destination pourra changer en fonction des besoins, voire être revendu. Continuer de naviguer à vue à mi mandat ou faire de la spéculation immobilière est sidérant !

Les délibérations et les débats du Conseil municipal de ce lundi 31 octobre 2011 me donnent aujourd’hui l’occasion de vous parler des finances locales et je voudrais donner à ce billet tout l’éclairage et tout le sérieux qui siègent à ce genre de débat.

En reprenant tout d’abord un certain nombre de critères historiques et objectifs :

  1. En 2003/2004, la commune de Megève a été confrontée à un endettement record : près de 40 millions d’euros. En 2008, au moment de l’élection municipale, cet endettement (capital restant dû) était ramené à 34 millions. Il est en 2011 de 27,5 millions ;
  2. Des décisions prises en 2011 (avances de trésorerie auprès de la SEM des Remontées mécaniques, achats de terrains, réhabilitation du Palais des Sports, besoins d’investissement de la collectivité) vont nécessairement se traduire par de nouveaux emprunts en 2012. Il n’est même pas illusoire d’écrire que notre endettement sera proche des 30 millions d’euros l’an prochain ;
  3. Alors qu’elle dispose d’un budget annuel de plus de 55 millions d’euros (4166 ans de salaire mensuel moyen d’un smicard), notre commune n’a ni adjoint aux finances, ni contrôle de gestion. Autant confier une Ferrari à quelqu’un qui n’a pas le permis de conduire...
  4. Le Conseil municipal de lundi 31 octobre l’a encore une fois démontré : nous dépensons sans compter et encore plus grave, sans vision à long terme de l’avenir de notre commune. La pugnacité aussi courageuse que vaine de Pierre POUJADE sur plusieurs délibérations est parfaitement révélatrice du caractère effrayant de cette fuite en avant ;
  5. Cette débauche d’argent public ne résout pas pour autant les deux principales préoccupations des Mégevans que je rencontre quotidiennement : comment pourront-ils continuer à vivre au village ? Quel sera l’avenir économique et touristique de leur commune ?

Plus que jamais, cette municipalité démontre son absence totale de vision d’ensemble de notre avenir commun. Incapable de faire les choix qui s’imposent, encore moins désireuse d’expliquer sa gestion chaotique, notre commune se borne à des jeux d’écritures comptables, sans visibilité, sans avenir et irresponsables.

 

Au 1er janvier 2011, l’endettement par habitant était à Megève de 6643 €. Pour mémoire, l’endettement moyen des communes de 50.000 à 100.000 habitants était en 2006 de 1171 € par habitant (source : www.viepublique.fr) Ramener la dette par Mégevan à moins de 2000 € à l’horizon 2020 sera ma priorité absolue en matière de politique financière, sans pour autant obérer les investissements nécessaires au développement de la commune.

Voici les pistes de travail que je propose pour y parvenir :

  • Sur la base d’un audit financier et prospectif de début de mandat, définir un plan pluriannuel d’investissement sur 6 ans, avec des objectifs chiffrés et datés ;
  •  Mutualiser les moyens opérationnels nécessaires à la commune et à ses partenaires (SEM, office du Tourisme, future communauté de communes) ;
  •  Initier des opérations de Partenariat Public Privé (PPP) ;
  • Mettre en œuvre une véritable stratégie de recherche d’aides publiques auprès de nos partenaires : Département, région, Etat, Union européenne pour aider au financement des projets communaux.

Les finances locales seront au cœur du débat démocratique en vue du mandat 2014-2020. Je sais que vous y serez attentifs et plus que jamais, je compte sur vous pour faire entendre votre voix !

 

Bien amicalement,

 

Denis WORMS


Écrire commentaire

Commentaires: 32
  • #1

    Ancolie (vendredi, 04 novembre 2011 13:23)

    Ne pouvant me rendre aux conseils municipaux, je me contente d'en écouter le compte rendu audio. Mais quel dommage que les séances ne soient pas filmées !
    Merci en tout cas pour votre approche sérieuse et les objectifs que vous nous présentez depuis quelques mois. Megève en avait grand besoin et espérons que vous aurez les moyens de vos ambitions pour la commune. Au rythme où part l'argent public (au galop !) le défi sera de taille !

  • #2

    Hopine (samedi, 05 novembre 2011 18:35)

    Monsieur Worms vous avez raison de mettre en avant la problématique de l'endettement. Par contre pour pouvoir juger du niveau réel de cet endettement je pense qu'il faudrait comparer les chiffres de Megève à ceux de villes comme Chamonix, la Clusaz, Courchevel etc et non à ceux de communes de 50 000 à 100 000 habitants ! Non ?

  • #3

    prioritemegeve (dimanche, 06 novembre 2011 09:54)

    Hopine,

    "Oui et non. Comparer Megève à... une autre commune de montagne est sans doute rassurant en termes de fiscalité ou d'endettement. Par ailleurs, les communes de 50.000 à 100.000 habitants ont des problématiques de gestion et d'investissement autres : équipements et infrastructures, réseaux de transport urbain, etc
    Même si Megève conserve bien évidemment des spécificités qui lui sont propres, les notions de gestion financière sont communes à toutes les collectivités locales ; elles sont les mêmes pour tous les ménages, quelque soit leur niveau de revenu ! On ne dépense pas plus que ce qu'on gagne, on n'investit pas sans des objectifs bien précis. Deux exemples : quand Pierre Poujade explique longuement et exemples à l'appui pendant que d'autres rient dans son dos, que la rentabilité d'un centre équestre et que les modes de consommation des loisirs équestres ne correspondent pas à ce qu'on veut faire à Megève, il a raison ! Quand François Fugier demande quels seront les aménagements prévus dans le cadre de la restructuration du Palais des Sports, dont le montant sera voisin de 27 millions d'euros et qui nous coûtent d'ores et déjà 2,5 millions d'euros de maîtrise d’œuvre, il a raison ! Or, les réponses sont à chaque fois évasives, souvent agacées et toujours, je dis bien toujours incomplètes. En revanche, il est une vérité intangible depuis 2008 : nos impôts locaux augmentent chaque année ! Je ne crois pas que ce genre de situation soit moins discutable à Megève qu'à La Clusaz, à Courchevel, à Colmar ou à Avignon.
    Bien amicalement,
    Denis Worms

  • #4

    Hopine (dimanche, 06 novembre 2011 11:41)

    Merci pour cette réponse. Je suis tout à fait d'accord avec ces arguments. Je voulais juste dire que comparer l'endettement par habitant de Megève avec celui d'une ville de 50000 habitants n'était pas significatif car les budgets annuels peuvent être proches mais le nombre d'habitant pas du tout. Le taux de Megève ne peut être que plus élevé.

  • #5

    Jité (dimanche, 06 novembre 2011 13:41)

    Effectivement, les comparaisons sont toujours difficiles à faire. Faut-il comparer la fiscalité et l'endettement de Megève à une autre station de montagne ? A une autre commune touristique ou à une autre commune surclassée ? Prenons l'exemple de Deauville. Population INSEE 2008 : 3968 hab. Nombre de résidences secondaires : 5000 représentant 70% du parc total de logements. Très grosses infrastructures : deux hippodromes, Centre International de congrès, piscines, terrains de sports, port de plaisance et front de mer, etc. Pourtant l'endettement en 2011 y est de 24 millions d'euros (budgets annexes compris) et le taux de la taxe d'habitation est de 10,16% (22,4% à Megève).
    Alors pourquoi ce qui fonctionne ailleurs ne fonctionnerait pas chez nous ? Quand on voit le travail de Philippe Augier (maire de Deauville), on se dit qu'il y a peut être un problème de personne à régler à Megève auparavant...

  • #6

    megevan d adoption (lundi, 07 novembre 2011 12:16)

    J aimerais reagir aux commentaires de HOPINE du mois d octobre. les petits et moyens revenus font aussi vivre votre ville ne vous en deplaise le temps des SACHA DISTEL est revolu et les grosses fortunes preferent investir en suisse !!!!
    Maintenant etant un peu de la partie j ai lu dans le dauphine que l eau de la piscine etait chauffee gratuitement pourrait-on savoir la consommation de gaz ou de fuel pour septembre octobre comparativement a l'annee derniere par curiosite ?

    Merci

  • #7

    Hopine (mercredi, 09 novembre 2011 19:05)

    Les "grosses fortunes" font du business depuis la Suisse mais, compte tenu du taux de change, dépensent en France (il suffit de voir les plaques d'immatriculation des belles voitures qui montent le week-end). A nous d'être suffisament intelligent pour qu'ils ne partent pas dans d'autres stations. Tout le monde y sera gagnant même les petits et moyens salaires, famille dont je fais partie et que je respecte totalement.

  • #8

    REALISTE (jeudi, 10 novembre 2011 08:58)

    N'ayons pas peur des riches qui veulent dépenser et investir ici.

  • #9

    amp (jeudi, 10 novembre 2011 09:52)

    Pour moi si les "grosses fortunes" contribuent à faire vivre notre communauté de résidents permanents, car c'est elle qui compte AVANT TOUT, pourquoi pas.Sommes-nous assez intelligents pour faire cohabiter les deux ? les chiffres de l'état civil en 2011 nous prouvent le contraire. nous avons eu 20 naissances pour 60 décès.

    Il ne faut pas en faire des boucs émissaires mais pas nous faire croire que c'est la panacée.

  • #10

    REALISTE (jeudi, 10 novembre 2011 12:34)

    Le haut tire toujours le bas. Quand on construit un golf, on y adjoint de l'immobilier. On commence par réaliser le haut de gamme puis la catégorie inférieure n'arrive qu'après la fin de commercialisation de la première tranche.

    Megève pourra accueillir un large panel de clientèle mais la priorité doit rester le luxe. Démarrer par le bas bloquera à jamais le niveau. Laissons venir les gros investisseurs (FOUR SEASONS, PEGAZE et d'autres) afin que notre station gagne en notoriété. Regardons en arrière et analysons comment s'est développée le village et grâce à qui.

    Ne crachons pas dans la soupe qui nous nourrit tous, faisons en sorte qu'il y en ait encore pour tout le monde éternellement. Et pour que la soupe soit copieuse, accueillons les "grosses légumes" avec le sourire;

  • #11

    REALISTE (jeudi, 10 novembre 2011 12:42)

    A AMP,

    Tout le monde peut cohabiter à Megève, chacun à sa place dans le rspect mutuel. Il y a des "tacs" et de braves gens partout. Laissons les "tourés" de côté et vivons en harmonie avec les autres.

    Quand les peuples font preuve d'intelligence, leur vie et leur environnement n'en sont que plus agréables. Serait-ce impossible à Megève ?

  • #12

    STOP au délire (vendredi, 11 novembre 2011 11:21)

    Votre stratégie consiste notamment à "Initier des opérations de Partenariat Public Privé (PPP)"... Ces montages sont d'un coût global extrêmement défavorables aux collectivités, peu transparents et constituent une source cachée d'endettement des collectivités. Avec vous, on est certain du résultat : une catastrophe.

  • #13

    prioritemegeve (vendredi, 11 novembre 2011 12:17)

    En réponse au commentaire de "Stop au délire", voici quelques éléments de réflexion :
    1° : les "Partenariat Public Privé" (PPP) font partie d'un ensemble de dispositifs qui permettent aux collectivités de financer leurs projets. Ce ne sont pas les seuls.
    2° : Ce dispositif instauré au début des années 2000 a connu depuis plusieurs évolutions (en 2004 et 2008). Il n'est même pas certain qu'il sera maintenu dans quelques années.
    3° : comme tous les autres dispositifs de financement, il a ses avantages et ses inconvénients qu'il faudra analyser de manière précise, au regard du besoin d'investissement et du projet conduit.
    4° Ce sont bien entendu des questions qui devront être étudiées de très près par un adjoint aux finances, au sein d'une commission des finances mais certainement pas de façon unilatérale par un maire qui confond la gestion des finances locales et le "fait du prince".
    5° : je rappelle que la municipalité a évoqué lors du dernier conseil municipal, une restructuration du Palais des Sports à près de 30 millions d'euros. A combien sont estimés les besoins pour moderniser notre domaine skiable ? Comment paiera-t-on ces projets démesurés ? Qui payera ? La clientèle des futurs 5 étoiles ? Elle préférera aller skier dans des stations plus modernes ! les habitants permanents ? Au rythme où ils partent, la pression fiscale sera insupportable pour ceux qui resteront !

    Bien à vous,
    Denis Worms

  • #14

    vagniu (vendredi, 11 novembre 2011 21:36)

    Justement les remontées mécaniques: un trou!!! et pas de neige pour le reboucher? Leurs moyenne d'age? (comme pour la population locale) en augmentation.une solution?le cercle hippique des vériaz avec le cheval (de megève) qui tire les skieurs!!!

  • #15

    Hopine (samedi, 12 novembre 2011 18:53)

    Monsieur Worms seriez-vous favorable à confier la gestion des parkings souterrains à une société privée ?

  • #16

    prioritemegeve (dimanche, 13 novembre 2011 07:01)

    Bonjour Hopine,

    Actuellement le parc de parkings couverts est de deux types : les parkings gérés par la commune (depuis la dissolution de l'EPIC l'hiver dernier) et ceux gérés par la SEM des Remontées mécaniques de Megève. Les premiers sont vieillissants. Ils nécessitent des travaux de réfection. Les seconds, plus récents, pèsent très lourdement sur le budget de la SEM, notamment en raison des charges d'amortissement qu'ils génèrent.

    Ayant été pendant mon mandat de Maire adjoint, vice président de l'EPIC des parkings, je connais assez bien la situation de ces équipements. J'avais d'ailleurs eu l'occasion de réaliser une étude préalable en vue d'en déléguer la gestion après appel d'offre. Cette étude a démontré qu'avant d'envisager une "délégation de service public", il nous fallait préalablement réunir plusieurs conditions : réintégrer en régie municipale les parkings gérés par la SEM, engager les travaux de rénovation des parkings de centre ville, passer tout ou partir du parking aérien (horodateurs) en zone bleue pour augmenter l'offre de stationnement gratuit pour les Mégevans.

    Or en l'état actuel du dossier, il faut être réaliste : je ne connais pas beaucoup de sociétés privées qui accepteraient de reprendre la gestion de ces équipements (dans le cadre d'une délégation de service public par exemple), compte tenu des investissements nécessaires ou des coûts d'exploitation induits. Dans le cas contraire, ces charges financières se répercuteraient obligatoirement sur la tarification. C'est pourquoi j'estime que les conditions ne sont pas réunies pour une "privatisation" des parkings couverts.


    Bien à vous,
    Denis Worms

  • #17

    ROGER BARDELAYE (lundi, 14 novembre 2011 09:44)

    PARKINGS SOUS GESTION PRIVEE...

    Attention ! Nous nous retrouverions dans le cadre d'une concession. Prenons pour référence la ville de CLUSES. Les élus avaient confié leurs trois parkings souterrains ultra modernes (rangement des véhicules automatisé).

    Le concessionnaire, selon la loi, exigeait l'équilibre des comptes d'exploitation. Ce n'était pas le cas. Ainsi,la commune remboursait d'énormes sommes tous les ans et, après plusieurs exercices, dut acquérir les trois structures.

    Aussi, la loi a-t-elle évolué favorablement à l'égard des colectivités territoriales concédantes ?

    On peut également, demander conseil au maire de SAINT-GERVAIS quant au projet de liaison téléportée entre sa commune et le domaine des HOUCHES.

    Dans l'attente d'une réponse, respectueusement.

    ROGER BARDELAYE.

  • #18

    Ancolie (lundi, 14 novembre 2011 19:05)

    M. Bardelaye, sauf erreur de ma part, une Délégation de Service Public et une concession sont deux choses juridiquement bien distinctes : La «concession de services» est un contrat présentant les mêmes caractéristiques qu'un marché public de services, à l'exception du fait que la contrepartie de la prestation des services consiste soit uniquement dans le droit d'exploiter le service, soit dans ce droit assorti d'un prix ; La délégation de service public est « un contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé, dont la rémunération est substantiellement liée au résultat de l’exploitation du service. Le délégataire peut être chargé de construire des ouvrages ou d’acquérir des biens nécessaires au service.» En clair : concession on garde la maîtrise (et les aléas) comptables de la chose ; DSP, on la délègue...

  • #19

    Roger BARDELAYE (mardi, 15 novembre 2011 09:16)

    PARKINGS.

    Ancolie, merci d'avoir pris soin de répondre à mon interrogation.

    La commune peut ainsi reprendre les parkings qui "polluent" financièrement la SEMRMM et tenter d'en confier la gestion à un délégataire en y ajoutant les trois autres du village ; auquel cas, ce serait sans crainte pour la trésorerie municipale.

    Reste à trouver un repreneur.

    Roger BARDELAYE.

  • #20

    Caton (vendredi, 25 novembre 2011 12:33)

    Bravo pour votre blog et le sérieux de vos réponses, ma question est la suivante:
    Alors que certains annoncent leur mégevanitee à tout bout de champs comme si cela pouvait augmenter leur seuil de capacité.Comment pourrez vous en tant que non megevan de souche persuader notre village qui a tendance à privilégier le cousinage au détriment de l'efficacité que vous êtes le prochain maire qu'il nous faut?

  • #21

    prioritemegeve (vendredi, 25 novembre 2011 19:04)

    Bonjour Caton,

    Votre question est d’autant plus intéressante qu’on me dit régulièrement qu’il faut être Mégevan de souche pour avoir des chances de succès aux élections locales. C’est vrai, je ne suis pas né à Megève. J’y réside pourtant depuis plus de 25 ans et je suis très fier de me prétendre Mégevan de cœur. C’est vrai, je ne suis pas propriétaire foncier et je n’ai pas un bout de terrain à concéder pour y faciliter des projets communaux. Je n’ai donc aucun intérêt particulier à défendre ni transaction à proposer sur fond d’élaboration du PLU.
    Je voudrais aussi rappeler que l’ESF a dernièrement élu son nouveau directeur, privilégiant un non Mégevan au directeur sortant…
    La vraie question que les électeurs doivent se poser est la suivante : faut-il être né à Megève pour y gérer correctement les affaires communales ? Au regard du bilan de l’actuelle équipe municipale, on peut s’interroger. D’ailleurs, la récente remise de la « Marianne d’Or du développement durable » dont la municipalité s’est enorgueillie, mettait en avant (entre autres) l’utilisation raisonnée de sel de déneigement. Or, c’est un non Mégevan dois-je le rappeler qui est à l’origine de cette initiative !
    A travers les différents fils d’actualité et les commentaires que je publie au fil des mois sur ce site Internet, chacun peut apprécier mes propositions concrètes pour l’avenir de Megève. Ce sont des propositions qui répondent à un seul parti pris : celui de la commune et de tous ses habitants, qu’ils soient nés à Megève ou pas. Elles privilégient l’efficacité, la cohérence et l’intérêt général !
    Je sais que ce à quoi aspirent les Mégevans, c’est qu’on les écoute et surtout qu’on les respecte. Là-dessus, je ne crains personne. Je sais aussi que de plus en plus de Mégevans sont convaincus que la gestion des affaires communales n’est pas une affaire de famille, que la fonction de Maire exige de ne pas céder aux intérêts particuliers ni à s'arc-bouter sur des positions d’un autre âge. Les encouragements dont ils me font part et leurs relais auprès de l’opinion publique sont précieux…

    Bien à vous,
    Denis Worms

  • #22

    amp (mardi, 29 novembre 2011 20:52)

    Il ne reste plus que quelques vieilles gardes pour croire encore qu'un non mègevan n'a aucune chance d'être maire de Megève.

    Megève se meurt avec des mègevans à sa tête ! alors...

    Mr Worms vous avez toutes vos chances.

  • #23

    Jité (jeudi, 01 décembre 2011 02:20)

    J'estime pour ma part que M. Worms a d'autant plus toutes ses chances de conquérir la mairie en 2014 qu'il ouvre sur ce site un véritable espace de dialogue et d'échanges à l'image de feu "Megève Blog", qu'il construit son argumentaire avec sérieux et qu'il répond à toutes les questions qui lui sont posées sans langue de bois.
    Je rejoins en outre totalement le commentaire d'AMP : la vieille garde n'est plus qu'une arrière garde et Mme le maire a très bien compris l'importance de ce vivier électoral pour elle. Pour preuve : elle met des freins systématiques à l'arrivée de nouvelles populations, plus jeunes et moins "formatées" qui jugeraient différemment son action clientéliste. La politique de logement en est un exemple flagrant !
    Je regrette en revanche que les défenseurs de l'action municipale qu'on entendait hier soient subitement muets aujourd'hui, comme s'ils refusaient de s'abaisser à intervenir ici. Existent-ils encore au moins ces défenseurs ?

  • #24

    ROGER BARDELAYE (jeudi, 01 décembre 2011 11:37)

    amp,

    Comme mon nom l'indique, je ne suis pas un vrai MEGEVAN... Alors, ai-je une chance ?

    Merci.

  • #25

    amp (jeudi, 01 décembre 2011 17:18)

    Bien sûr Mr Bardelay, mais ce qui est inquiétant c'est que vous alliez dans le nid du voisin pour faire entendre votre voix.

  • #26

    Arvis (samedi, 03 décembre 2011 12:39)

    Je rebondis sur la question de M. Bardelaye et la délicieuse réponse d'amp pour poser la question suivante :
    L'image catastrophique du Maire dans la commune, au sein du syndicat mixte du Pays du Mont Blanc au sein des institutions départementales, régionales ou nationales ainsi que le bilan plus que discutable de son équipe ouvre un "boulevard" pour tous ses challengers en 2014. Or la configuration "facile" d'une municipalité sortante plombée par toutes les dérives que vous évoquez depuis des mois pourrait vite se transformer en piège électoral dès lors que des candidats potentiels au fauteuil de maire se multiplieront. Outre votre candidature M. Worms connue et annoncée, nous ne savons pas comment l'opposition municipale actuelle se comportera le moment venu. Nous ne savons même pas quelle position adopteront certains adjoints et conseillers de l'actuelle équipe municipale. Seront-ils à nouveaux candidats pour un nouveau mandat avec le Maire sortant ? Rejoindront-ils une autre liste ? Prendront-ils la décision de se retirer de la vie politique locale ? Personne ne peut prédire avec certitude si d'anciens conseillers du mandat 2001-2008 n'auront pas la tentation de rejouer le rendez-vous manqué de mars 2008...
    Quel que soit le cas de figure, serez-vous en mesure de présenter une liste complète en 2014 ? Ne craigniez-vous pas que la multiplication des candidatures soit un frein à vos propres ambitions ?

  • #27

    prioritemegeve (dimanche, 04 décembre 2011 09:34)

    Cher(e) Arvis,

    Votre commentaire m’a d’autant plus interpellé que je sais l’entourage du maire très préoccupé par les questions que vous posez. Je suis persuadé qu’il lira la réponse ci-après avec beaucoup d’intérêt…
    Tout d’abord, je voudrais nuancer l’image dégradée de la municipalité actuelle. Si c’est un fait que personne ne conteste aujourd’hui, il se peut que cette image s’améliore dans le futur. Il n’est même pas exclu qu’elle soit encore intacte auprès de certaines populations. Donc, plutôt que de m’intéresser à la côte de popularité de la municipalité, j’ai choisi de me consacrer pleinement à l’avenir de Megève et aux actions indispensables qu’il faudra mettre en œuvre si l’on veut sauver notre commune.
    J’avoue ensuite que la « boule de cristal » n’a pas sa place dans ma conception de la vie publique. Pas plus que vous, je ne sais quelle sera l’attitude de l’équipe sortante ou de l’opposition municipale le moment venu. Je suppose que chacun effectuera ses choix en conscience et avec honnêteté vis-à-vis des électeurs.
    En revanche, l’hypothèse de trois listes au premier tour des prochaines élections municipales de 2014 serait la meilleure nouvelle pour les Mégevanes et les Mégevans car elle leur offrirait une liberté de choix qu’ils n’ont pas eu en 2008. Il ne faut pas non plus se bercer d’illusions : la constitution d’une liste est un exercice difficile qui obéit à certaines règles (nombre de conseillers, parité…) et c’est pourquoi je ne crois pas à la multiplication des listes. Quand à votre dernière question, je vous invite (et l’entourage du Maire) à patienter encore quelques mois. Sachez que ma priorité actuelle est de construire un programme qui soit ambitieux, réalisable et conforme aux attentes de la population.

    Bien à vous,
    Denis Worms

  • #28

    Arvis (dimanche, 04 décembre 2011 13:43)

    M. Worms,
    Je vous remercie de votre réponse à mes questions d'hier mais je voudrais revenir au sujet principal de votre billet de novembre : les finances locales. Je sais que l'ancien DGS de la commune était particulièrement attentif et compétent dans ce domaine, même s'il lui a été reproché de faire de cette compétence son seul cheval de bataille. Vous évoquez dans votre réponse un programme ambitieux. Êtes-vous en mesure de le flécher et de le chiffrer ?
    Bien à vous,

  • #29

    prioritemegeve (dimanche, 04 décembre 2011 15:55)

    Cher(e) Arvis,
    Votre enthousiasme aussi subit qu’inattendu pour mon actualité, le panégyrique que vous dressez de l’ancien DGS de la commune sont tout à votre honneur et je voudrais tout d’abord vous rassurer sur un point : l’équipe de collaborateurs dont un maire s’entoure reflète avant tout ses compétences et son ambition politique pour sa commune. En aucun cas je ne jugerai ces collaborateurs administratifs dès lors qu’ils font le travail pour lequel ils ont été recrutés, sur des compétences à-priori reconnues et expertisées par un jury de recrutement...
    Pour ce qui est de flécher et chiffrer mon futur programme, il est trop tôt encore pour me prononcer, n’en déplaise aux impatients et même si j’en présente quelques axes depuis plusieurs mois sur www.prioritemegeve.com. Ce qui est certain en revanche, c’est que je me présenterai devant les électeurs avec un programme réaliste, détaillé et chiffré dont chaque électeur connaîtra la portée financière. Ce qui est également certain, c’est qu’un adjoint aux Finances gérera une commission ad-hoc. A ce titre, il sera le garant des engagements budgétaires de la commune. J’ai aussi déjà indiqué qu’un audit financier et prospectif de la commune sera établi en début de mandat. Chacun pourra en mesurer les conclusions !
    Mais puisque vous êtes très impatient(e) cher(e) Arvis, je vous invite à rester un(e) lecteur(trice) attentif(ve) de mon site. Votre intérêt pour les finances locales et vos futures contributions seront précieux !
    Bien à vous,
    Denis Worms

  • #30

    R Lélu (jeudi, 08 décembre 2011 20:09)

    M. Worms,

    "Eloigné" de Megève, j'écoute les compte rendus audio publiés sur le site Internet de la mairie et je salue (si vous me le permettez sur votre site) cette initiative.
    Lors du Conseil municipal de lundi dernier, j'ai beaucoup apprécié l'intervention de Mme Frei qui prenait la parole au nom de Pierre Poujade et au sujet de la gestion du personnel communal. Cette gestion, je l'ai bien connue pour avoir travaillé au sein des services communaux dans le passé. D'après ce que j'ai cru comprendre, un responsable de la sécurité a été recruté pour pourvoir un poste supprimé (!). Une jeune cadre, Mégevane de surcroît, a été licenciée au bout d'un an, une responsable de la communication vient d'être embauchée et son prédécesseur a été "recasé" (mis au placard en attendant son prochain licenciement ?).
    A chacune de ces mobilités voulues ou contraintes, ce sont des familles qui sont transportées, des conjoints qui doivent se faire à une nouvelle vie, des enfants à rescolariser. Ce facteur humain n'est absolument par pris en compte et j'aimerais savoir quelle sera votre politique en matière de gestion des effectifs.

    Richard Lélu

  • #31

    prioritemegeve (vendredi, 09 décembre 2011 19:35)

    Bonsoir,
    Je comptais justement évoquer ces questions dans mon actualité du mois de décembre. je vous invite donc à patienter encore quelques jours et en attendant, je adresse mes sentiments les plus cordiaux.
    Denis Worms

  • #32

    Tine GUILLOT (lundi, 12 décembre 2011 16:46)

    M.Richard lelu pour ma part,je suis toujours employee de la commune et comme vous le savez je suis tenue au droit de reserve qui entre parentheses arrange bien les gens en place.Je pense toutefois m'exprimer le mois prochain pour permettre aux electeurs de s'appercevoir des derives de leurs elus et autres DGS,Directeurs et Responsables de service. Les employes ont peur mais parlent quand meme entres eux......


Une réunion publique pour un mandat durable ?

Lundi 14 novembre la municipalité organisait une réunion publique dont le thème était « construisons ensemble un avenir durable pour Megève ».

Première surprise : le lieu. Exit la grande salle, place à l'auditorium et à son volume plus restreint voire intimiste. D'ailleurs si la salle était bien remplie elle n'était pas pleine. Qu'il semble loin le temps des grands-messes… De plus si l'on retirait de l'auditoire les employés communaux, les élus et leur famille c'est en vérité peu de Mégevans qui avaient fait le déplacement.

Madame le Maire a fait réaliser à grands frais (plus de 50.000 euros si j’en crois la réponse donnée à François Fugier lors d’une séance de conseil municipal) une enquête d'opinion l'été dernier. C'est un peu le résultat de cette enquête qui nous était soumis. En fait cela ressemblait plutôt à un début de campagne municipale.

Sans qu’il fut possible de savoir combien de personnes avaient été interrogées et ce, malgré les demandes insistantes de Mégevans dans le public (ils ont d’ailleurs fini par quitter la salle avant la fin, faute de réponses) on a pu découvrir un vrai produit marketing travaillé avec des questions très orientées.


Tout au long de la présentation de ce rapport, madame le Maire n’a cessé de s'étonner que son travail et celui de son équipe ne soit mieux reconnu et considéré chaque fois qu'une réponse lui semblait non conforme à ses attentes. Mais que ressort-il vraiment de cette enquête d'opinion ? Les vraies attentes ou inquiétudes des Mégevans semblent être : le logement à l'année dans un village où le prix du foncier dissuade un grand nombre de postulants, l'état des remontées mécaniques et de notre domaine skiable (car qu’on le veuille ou non le ski reste le fer de lance de notre économie) et enfin le manque de projets, de vision à moyen terme ainsi que les déboires financiers de la SEM de Rochebrune. A propos d’enneigement, nous eûmes droit à la diffusion d’un reportage réalisé par TV8 Mont Blanc, concernant la commune de Demi Quartier et son domaine skiable. Ce reportage repiqué sur le site Internet d’un célèbre hébergeur de vidéos, débuta en pleine réunion publique par… une publicité pour un constructeur automobile français. Quelle belle image pour la commune !

 

Ensuite, ce sont tous les tracas de la vie quotidienne qui vous touchent : voirie, sécurité, relations avec les services etc., etc. La situation financière est un cas à part car je crois que l'immense majorité des Mégevans n’a pas encore pris la mesure de la situation et des enjeux de la commune. La faute à cette chape de plomb qui encore récemment était une spécialité locale. Il a fallut un article d'un quotidien national pour apprendre ce qu'était un emprunt toxique et que Megève en avait un. Il faut savoir lire entre les lignes pour découvrir la situation de dette de Megève et surtout ce que l'on nous prépare pour demain en terme de fiscalité, d'emprunts. Cette municipalité prône une maitrise du foncier. Cela a un coût et manque cruellement à mes yeux de vision à court et moyen terme. Acheter avec l'argent du contribuable cela peut être très bien à condition d'avoir un projet ou du moins un objectif S'entendre dire en conseil municipal « on achète parce que c'est pas cher et on verra bien. Au pire on revend » me semble dangereux car ça tire vers le haut une certaine forme de spéculation immobilière néfaste aux primo accédants.

Pour revenir à cette réunion, après 3 heures d'un « menu best off » des réalisations menées par l'équipe municipale et celles en cours, on finissait par quelques questions du public. Pas trop car il se faisait tard. Questions souvent très pertinentes sur l'eau ou sur la SEM par exemple. On concluait par une rondelle de saucisson et un coup de rouge afin de prolonger cette discussion à bâtons pas rompus.

Je ne résiste pas au plaisir car je suis un peu cabot, de noter que Madame le Maire a donné un bon point à l'adjoint à la voirie pour le Plan de Viabilité Hivernale dont j'ai été en mon temps l'instigateur. Elle n'a pas non plus hésité à reprendre une de mes idées sur les permanences citoyennes des adjoints que j'avais soumis à votre sagacité sur ce blog il y a déjà quelques mois.

Reste quelques nouvelles glanées au détour du discours fleuve de Madame le  Maire :

  • Elle souhaite concéder l'exploitation des parkings au secteur privé ; tous les parkings y compris ceux de surface (palais des sports, horodateurs…).
  • Elle souhaite aller au bout de l'installation d'un centre équestre aux Vériaz et au mépris de toute considération économique, pour faire plaisir à une poignée de concitoyens.
  • Le maintien de la gendarmerie et de l'abattoir, « ca coince » mais sa volonté est intacte
  • La rénovation du palais? Le nécessaire côtoie le farfelu mais à 21 millions d'euros tout de même hors Spa des Sports et bassins intérieurs.
  • Les lanchettes ? un téléski démontable a petit prix...1 million d'euros pour évacuer ceux qui en auront assez d'attendre la liaison vers la cote 2000 et rien pour Rochefort.

 

Voila encore une soirée instructive et une nuit à refaire la réunion dans ma tête.

Bien à vous,

Denis Worms


Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Ancolie (mercredi, 16 novembre 2011 07:30)

    A peine plus de 100 personnes à une réunion publique, voilà qui ne s'était jamais vu ! au moins si la municipalité voulait savoir si les Mégevans ont envie de construire un avenir durable avec elle, la réponse est claire.

  • #2

    Mathieu L. (lundi, 21 novembre 2011 07:05)

    Bonjour,
    Un article paru ce week-end dans le Dauphiné libéré fustige la stratégie de communication de Megève tourisme, la trouvant je cite "écœurante de luxe à l'heure où l'Europe est plongée dans une crise financière grave." Ne pensez-vous pas qu'il y a un décalage de plus en plus important entre l'image qu'on veut promouvoir de Megève et les réalités économiques ?

  • #3

    prioritemegeve (lundi, 21 novembre 2011 17:27)

    J'ai effectivement pris connaissance du cahier spécial paru dans "Elle" et de la réaction du "Dauphiné libéré" publié ce dimanche 20 novembre. J'ai aussi parcouru avec beaucoup d'intérêt un dossier consacré aux "stations des Alpes" publié dans le dernier numéro du magazine "l'Express".
    Avant toute chose, je tiens à rappeler que chaque éditeur de presse définit et met en oeuvre la politique éditoriale qui lui plaît, en toute indépendance. Je sais aussi que de nombreux élus ont la tentation d'infléchir cette politique éditoriale en leur faveur et nous en avons eu des exemples récents à Megève.
    Je ne commenterai donc pas l'article paru dans le "Dauphiné libéré" de dimanche mais je voudrais plus particulièrement revenir sur les deux dossiers que j'évoquais plus haut : celui de "l'Express" et celui paru dans "Elle". Dans le premier magazine, Megève n'est cité que trois fois, dont une fois dans une page de publicité achetée par l'Office de Tourisme. Or, le lectorat de "L'express" est constitué des catégories socioprofessionnelles supérieures, d'investisseurs ou des ménages à fort pouvoir d'achat. Le lectorat de "Elle" est quand à lui majoritairement constitué de femmes actives, exerçant des professions intermédiaires et plutôt urbaines. S'il fallait donc faire parler de Megève, c'est sans conteste dans le premier titre. Mais, je le redis, notre station en serait quasiment absente si Megève Tourisme n'y avait pas acheté de publicité ! Plus grave encore, ce dossier spécial établit un classement des stations alpines en fonction d'une quizaine de critères (accessibilité, qualité du domaine skiable, accueil familial, cadre de vie, pratique sportive, etc). Or pas une seule fois, je dis bien pas une seule fois, Megève n'apparaît dans ce classement !
    il y a donc à mon sens un décalage de plus en plus important entre l'idée que nous continuons à nous faire de Megève et la réalité médiatique et sociale qui nous entoure. En cela, l'article publié dans le Dauphiné Libéré me paraît particulièrement pertinent.

    Denis Worms

  • #4

    Hopine (lundi, 21 novembre 2011 18:15)

    Contrairement à ce que l'on croit, les magazines de presse lorsqu'ils éditent ce genre de dossier ne font aucune enquête poussée. Ils se contentent de retranscrire ce que les divers offices de tourisme ou services de presse veulent bien leur communiquer. Leur intérêt pour ce genre d'articles et de trouver des annonceurs locaux et de vendre des pages de pub. Ainsi début 2011 le magasine "Le Point" vantait les mérites d'un magasin d'ustensiles de cuisine, appartenant à un chef étoilé, mais qui hélas pour eux avait fermé ses portes depuis un an ... les "journalistes" s'étaient déplacés pour prendre des photos début 2010 !

    Ici le lien de la copie de l'article publiée sur le blog du journaliste ...
    http://www.gillespudlowski.com/16758/produits/megeve-la-boutique-de-manu

    En résumé si Megève n'est pas mieux représenté dans le dossier de l'Express c'est que les services de l'OT n'ont pas bien fait leur travail. Par contre je ne crois pas que ce soit le symbole d'un village "has been". D'ailleurs si Megève avait si peu d'avenir pourquoi un groupe comme le Four Season viendrait y investir plusieurs millions ? Maintenant je suis d'accord avec vous, cette commune doit être mieux gérée, et la modernisation de son domaine skiable est une priorité. A ce propos êtes-vous pour ou contre une liaison avec Les Contamines. Même question avec l'Espace diamant ?

  • #5

    megevandecoeur (lundi, 21 novembre 2011 23:32)

    En premier lieu, bravo pour votre post. Serait-il possible d'avoir des précisions sur Les Lanchettes: emplacement du teleski, objectifs de son implantation, etc. ?

    En second lieu, la communication de Megève Tourisme. En allant sur megeve.com, je tombe directement sur un film, "saveurs d'hauteurs", vantant les mérites des produits du terroir. Pas franchement dégoulinant de luxe.
    Je remarque que le supplément de Elle "spécial Megève" est édité CHAQUE ANNEE et cela qu'il y ait un famine en Afrique, un ouragan en Louisiane ou un tremblement de terre au Japon,... Bizarrement, les "journalistes" du Dauphiné ne s'en sont jamais émus. Doit-on se mettre en crise parce que c'est la crise ? La crise doit-elle auto-alimenter la crise ? Vaste problème... Je constate tout de même que Megève n'a pas encore sombré dans le bling-bling facile façon Courchevel mais a, je crois, toujours privilégié la qualité. Au lieu de "dauber" comme le fait le Dauphiné, soutenons un modèle touristique durable tout en respectant la réalité de l'économie mégevanne et de ses emplois.

    P.S: le supplément de l'Express est une edition régionale. Sa portée n'est donc que relative.

  • #6

    prioritemegeve (mardi, 22 novembre 2011 11:41)

    Je reviens sur les deux derniers commentaires de Hopine et de Mégevandecoeur :
    A titre personnel, je suis plutôt défavorable à une liaison avec les Contamines et ce, afin de préserver nos espaces naturels. Je suis en revanche plutôt favorable à une liaison avec l'Espace Diamant pour assurer la cohérence de nos domaines skiables respectifs et proposer une offre concurrentielle (domaine des 3 Vallées par exemple). Cela étant, ces analyses doivent être affinées et travaillées en concertation avec les exploitants des domaines skiables et les maires des communes concernées avant de se prononcer de manière plus définitive.
    Pour ce qui est des remontées mécaniques, je rappelle qu'en 2008, la municipalité avait présenté un projet de remplacement des télésièges des Lanchettes et de Rochefort par un débrayable 4 places. Cet investissement était assorti d'un remodelage du terrain et de la reprise d'un des deux télésièges démontés pour créer une piste supplémentaire. Le coût total de l'opération était estimé à 18 millions d'euros. Je reste convaincu que ce projet conserve tout son intérêt et qu'il devra être réactualisé dès que les finances de la SEM seront assainies. Il n'est pas certain que cette réalisation générera des recettes supplémentaires mais elle contribuera à éliminer le principal grief de la clientèle dans ce secteur.
    Bien à vous,
    Denis Worms

    PS. : Je peux me tromper mais je ne crois pas que le numéro de l'Express qui présente un classement des stations alpines soit un supplément "régional" car j'ai acheté ce numéro dans un kiosque parisien lors d'un de mes déplacements professionnels.

  • #7

    Ancolie (mardi, 22 novembre 2011 12:19)

    @ Mégevandecoeur : Sans vouloir préjuger ni minimiser les souffrances des populations touchées par des sécheresses, des tremblements de terre, des inondations et autres catastrophes naturelles, il me semble que ces événements constituent des épiphénomènes. Si chaque fois qu'il survient l'une de ces catastrophes naturelles la presse en général devait se mettre en berne, nous n'aurions plus grand chose à lire !
    Megève tourisme a effectivement eu la bonne idée de présenter le film "Saveur d'Hauteurs" à la Une de son site. C'est déjà mieux que son bandeau événementiel de la semaine dernière qui faisait la promotion de la Time Megève Mont Blanc (juin) et c'est une bonne chose pour la valorisation de notre filière courte ; encore faudrait-il que les outils économiques suivent (abattoir ? Ah bah faut voir...). Mais Megève Tourisme fait là, de la communication réceptive et valorise ses atouts auprès d'une clientèle déjà potentiellement intéressée. Rien à voir avec une communication offensive et la recherche de nouveaux clients/résidents. Soutenir un modèle touristique durable est une excellente idée ; respecter la réalité de l'économie locale et de ses emplois, c'est justement ce que nous sommes en train de perdre en promouvant à l'externe des messages en décalage total avec les réalités économiques. D'ailleurs, dans la page de publicité achetée (combien ?) dans le supplément de Elle de cette semaine, Megève tourisme ne cite pas "Saveur d'Hauteurs" mais Swarovski, BMW, Dali, etc...