Mon POS vous a-t-il PLU ?

Bonjour à toutes et à tous,

 

Récemment ont eu lieu à 2 jours d’intervalles, deux réunions, en un même lieu, bien différentes mais avec des sujets somme toute bien voisins.

Il convient de faire un petit rappel. Juste avant les élections le POS (plan d’occupation des sols) a été remplacé par le PLU (plan local d’urbanisme). Dès son élection la nouvelle municipalité a entrepris une révision de celui-ci. Ce qui n’a pas empêché des recours auprès du tribunal par des tiers, ce qui a abouti à l’annulation du PLU et à un retour à la case départ (donc au POS). Un nouveau PLU est actuellement en gestation mais ne devrait aboutir au mieux que dans 2 ans. A ce jour, pour une demande de permis de construire, c’est donc le POS qui s’applique.

 

La commune a obligation de mettre en œuvre un PPR (plan de prévention des risques). Depuis bientôt 10 ans celui-ci est à l’étude. Ce plan doit délimiter les zones à risques et lorsqu’il sera adopté il fera autorité sur le POS ou le PLU. Pour résumer zone rouge = pas de permis de construire.

 

C’était l’objet de la première réunion à l’auditorium. Présentation du PPR par les autorités compétentes et annonce des dates de permanence du commissaire enquêteur en mairie afin que chacun puisse vérifier sa propre situation et faire valoir ses arguments. Les dates de ces permanences sont visibles sur le site internet de la mairie.

D’emblée Madame le Maire prenait la parole afin de préciser que si des décisions à venir étaient susceptibles de déplaire cela serait du ressort de l’état et non du sien. Donc acte.

Les spectateurs présents eurent droit à un aperçu de la complexité du dossier car en plus des restrictions liées aux couloirs avalancheux, aux zones inondables, aux zones humides… il convient encore d’ajouter celles qui résultent de l’impact environnemental (loi Grenelle 2 applicable dès 2016).

 

Deux jours plus tard au même endroit se tenait une nouvelle réunion dont l’objet était la ZAC de la Cry, et plus précisément l’implantation sur cette ZAC d’un palace, fruit d’un partenariat entre la SFHM et le groupe canadien Four Seasons.

Comme précédemment Madame le Maire prenait la parole pour un vibrant plaidoyer du groupe Rothschild et à voir la complicité la liant à M.Otto celui-ci n’était pas feint.

Il incombait ensuite à M. Rizzi du pôle urbanisme de la commune la lourde tache d’expliquer à l’assemblée le nombre et les détails des dérogations accordées au projet commun présenté.

 

Ainsi, ces dérogations ont étés votées en conseil municipal dans un souci de favoriser l’arrivée sur notre commune de lits dit « chauds ».

Il faut reconnaitre que l’ampleur de ces dérogations a donné aux spectateurs présents un certain vertige.

On peut notamment relever :

Implantation en limite de zone humide, avancée dans les toits, rehaussement de 2m du plafond autorisé, construction de 4 bâtiments reliés entre eux par des passerelles terrasses, machinerie d’ascenseur extérieure, dérogation sur les remblais et déblais, construction d’une deuxième route et augmentation de la SHON qui passe de 3050m2 à 6500m2

 

De plus, suite à la question d’un conseiller municipal, les intervenants convenaient que cette ZAC n’en avait que le nom puisque aucun équipement public n’y est implanté.

Le Président des propriétaires Fonciers de Megève pose alors la question des garde-fous et des pénalités si le projet n’aboutissait pas ou changeait de destination (cf. LA FERME DE MON PERE).

La réponse fut que bien sûr la Mairie avait prévu des pénalités, mais sans les détailler.

La majeure partie de l’intervention revenait ensuite à M.Otto et au représentant du groupe Four Seasons afin de présenter leur projet, en s’appuyant sur des images virtuelles. Un petit buffet a clos cette soirée.

Si tout le monde ne peut que se féliciter, et moi le premier, de l’augmentation de la capacité hôtelière sur la commune on ne peut s’empêcher de se poser quelques questions. Je vais tenter ici d’en lister les principales, sans pour autant en posséder les réponses. Ces questions sont le reflet des contacts nombreux que j’ai avec vous les Mégevans.

 

  1. Ce projet est il viable sous PLU comme sous POS ?
  2. Qu’en est il des autres projets d’hôtels présentés au conseil Municipal, notamment celui situé dans le secteur du tour ?
  3. Quel va être l’impact des dérogations accordées sur d’autres projets qui ont déjà été refusés par le pôle urbanisme ?
  4. Ce projet est il en accord avec le PPR ?
  5. Que se passera-t-il si le groupe Four Seasons venait à se désengager après le début des travaux ? Le monde des affaires n’est pas une science exacte…

 

D’autres questions peuvent aussi apparaître au fil de l’avancement du projet. Plus que jamais nous devons rester vigilants et j’encourage tous les Megevans à suivre la vie de notre commune car l’avenir se joue aujourd’hui.

 

Bien à vous,

Denis Worms.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    MegevandeCoeur (lundi, 05 septembre 2011 22:47)

    Je crois que le bien fondé du projet d'hôtel n'est pas à remettre en cause: c'est de cela dont Megève a besoin pour vendre des forfaits de ski (et donc sauver la SEM) et ne plus connaître des saisons dans la saison (fêtes de fin d'années, février).

    Quant à la préservation du patrimoine architectural (puisque c'est de cela qu'il s'agit), s'il y a un sujet sur lequel je fais confiance à Melle Grosset-Janin, c'est bien celui-là.

    Quelques remarques:
    - Sur la ZAC: je crois que la route créée constitue l'aménagement public. S'il y a deuxième route qui peut fluidifier la circulation, tant mieux. L'aménageur aurait pu faire le choix du lotissement en lieu et place de la ZAC, pour le coup la procédure aurait été moins transaparente. Là, tout est passé par le Conseil Municipal.
    - Sur La Ferme de Mon Père: il me semble que l'hôtel et le restaurant ré-ouvrent cet hiver, sous le nom de "Chalet Zannier".
    - Quant à un possible désengagement du groupe Four Seasons: au jour d'aujourd´hui, cela relève de la pure fiction.
    - "Comme précédemment Madame le Maire prenait la parole pour un vibrant plaidoyer du groupe Rothschild et à voir la complicité la liant à M.Otto celui-ci n’était pas feint.": personnellement, je me réjouis de voir travailler ensemble la Mairie et d'importants acteurs économiques. On ne sauvera pas nos remontées mécaniques en restant les bras croisés. Des lits "chauds": c'est une solution.

  • #2

    Jité (mardi, 06 septembre 2011 02:52)

    MegevandeCoeur, sur la notion d'aménagement public, je confirme vos propos : routes, Eau et assainissement sont des aménagements publics.
    En revanche, un désengagement est d'autant moins de la pure fiction que le Gouvernement envisage de relever la fiscalité sur l'hôtellerie de luxe et que dixit Frédéric Lefevre, secrétaire d'état au Tourisme "cette mesure porterait un coup à la compétitivité de l'offre touristique en France".
    Sauf que taxer l’hôtellerie de luxe est une mesure qui passera bien auprès des couches populaires de l'électorat français et que si baisse de compétitivité il y a, elle sera connue au mieux après l'élection présidentielle de 2012... La politique a ses raisons que l'économie ignore... et inversement !

  • #3

    prioritemegeve (mercredi, 21 septembre 2011 19:18)

    Marc MUFFAT, président de l'association des Propriétaires fonciers nous a prié d'insérer le message suivant :

    "Je profite du blog de Mr WORMS pour inciter les propriétaires fonciers à consulter le PPR en Mairie et si besoin aller voir le commissaire enquêteur en Mairie
    Dernière permanence le 26 Septembre.
    LE PPR EST TES IMPORTANT POUR l'AVENIR DE VOS PROPRIETEES.

    Le président des propriétaires fonciers de Megève"